| | news

Quand Covid-19 renforce l'autoritarisme

Un char militaire passe devant une habitation aux Philippines, le 16 juillet 2020 | Keystone/ AP Photo/Aaron Favila

Des militaires qui rentrent dans les foyers pour traquer les personnes contaminées, des journalistes en prison sans procès pour «atteinte à la solidarité nationale»… Ces derniers mois, les libertés individuelles ont pris un sacré coup dans le monde. Pandémie oblige, les Etats ont souvent pris seuls les commandes. Et certains craignent que le terrain gagné par le pouvoir pendant la crise ne soit pas rendu de sitôt, surtout dans les pays qui flirtaient déjà avec des tendances autoritaires.

Pourquoi c’est préoccupant? La tendance de certains pays à l’autoritarisme et le populisme n’est pas nouvelle: dès le début du mois de mars, les ONG de défense des droits humains ont sonné l’alerte en pointant de nouveaux excès, dans un contexte où la communauté internationale était très difficile à mobiliser. Alors que le bilan commence seulement à s’ébaucher, la poussée autoritaire semble déjà être un redoutable effet secondaire et durable de la pandémie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi