| | Radar

Prise de pouvoir de l'administration Trump sur les données concernant l'évolution du Covid-19

Donald Trump en 2016. | Keystone / AP / Evan Vucci

Le gouvernement de Donald Trump a ordonné aux hôpitaux du pays d’envoyer les données relatives au coronavirus à une base de données centrale à Washington dès ce mercredi 15 juillet. Jusqu’à présent, ces informations indispensables pour surveiller la situation sanitaire étaient recueillies quotidiennement par les CDC (les Centers for Disease Control and Prevention), l’agence du gouvernement chargée du contrôle des maladies. La Maison blanche affirme que ce nouveau procédé permettra une collecte plus rapide et complète des informations et une meilleure allocation des ressources. Mais cette décision soulève des questions de transparence.

Pourquoi c’est inquiétant. La base de données du Département de la Santé où seront envoyées les informations n’est pas accessible au public. Cela pourraient donc affecter le travail des chercheurs, des journalistes et de divers acteurs de santé publique qui s’appuient sur les CDC pour établir des projections et prendre des décisions. De nombreux experts en santé publique, interrogés par le New York Times, expriment aussi leurs inquiétudes vis-à-vis de la politisation des données. La représentante de Floride, Donna E. Shalala, ministre de la santé sous Bill Clinton, a ainsi déclaré dans les colonnes du quotidien: «seules les CDC ont l'expertise nécessaire pour collecter des données. Je pense que toute tentative de déresponsabiliser les personnes qui ont l'expertise est une politisation».

link

A lire dans le New York Times

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi