| | News

France et Italie privées de ski, y aura-t-il des bouchons sur les pistes suisses?

A l'ouverture du domaine skiable de Verbier, fin octobre 2020. | Keystone / Jean-Christoph Bott

Les 350 stations de ski françaises resteront orphelines des amoureux de glisse durant les vacances de Noël. Les remontées mécaniques y resteront immobiles, tout comme en Italie et en Allemagne. En Suisse et en Autriche, en revanche, les gouvernements misent sur des plans de protection stricts pour permettre aux skieurs d’assouvir leur envie de neige et, surtout, maintenir à flot le tourisme alpin. Comment cette cacophonie se reflètera-t-elle sur l’affluence des skieurs en Suisse? Faut-il s’attendre à des files d’attente interminables au départ des télésièges pris d’assaut par des touristes français et italiens?

Pourquoi ce n’est pas anodin. Les enjeux sont de taille. Dans les régions de montagne suisses, près de 30% des emplois sont liés au tourisme alpin, qui génère un chiffre d’affaires de plus de 11 milliards de francs, selon les données de 2016 de la Fédération suisse de tourisme. Après une saison estivale réjouissante pour les remontées mécaniques, les attentes hivernales sont élevées. Et malgré les fermetures dans les pays voisins, ce sont les Suisses qui sont attendus au pied des pistes.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi