Réservé aux abonnés

La formation des médecins romands est au seuil d’une révolution sans précédent

Image d’illustration. Le bâtiment principal du CHUV, en janvier 2018. | Keystone / Laurent Gillieron

Futurs cardiologues, généralistes en devenir, pneumologues de demain, cette nouvelle est pour vous. Le système de formation de médecine post-graduée («l’internat») devrait connaître une réforme en profondeur dans les années à venir. Nicolas Pétremand, directeur de l’organisation Réformerorganisation de la formation post-graduée en decine en Suisse romande — explique les enjeux de cette refonte du système.

Pourquoi c’est sensible. Le constat date de plusieurs années: le nombre de médecins spécialistes formés ne correspond pas aux besoins de la population. Or, le nombre de places d’internes de médecine, par spécialité, ne répond à aucune régulation, faute de visibilité précise sur la démographie médicale et les flux de professionnels. C’est tout l’enjeu de Réformer, véritable «quadrature du cercle» au succès encore très incertain.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter