| | radar

L’immunisation au coronavirus, cette inconnue cruciale

Particules virales de Covid-19 sur une cellule cultivée en laboratoire, en microscopie électronique. | National Institute of Allergy and Infectious Diseases-Rocky Mountain Laboratories, NIH, DR

Qui développe une immunité à Covid-19 après avoir été infecté? À quoi ressemble la réponse immunitaire à la maladie? Combien de temps demeure-t-on protégé? Des questions cruciales auxquelles le New York Times, dans ce long article un peu décousu mais intéressant, tente d’offrir des pistes de réponse. Si la réponse immunitaire de base à l’infection est connue – il faut quelques jours pour produire des anticorps neutralisants – la durée de cette immunité et son degré d’efficacité restent inconnus. Elle pourrait se prolonger 1 à 3 ans, comme pour les coronavirus bénins (rhumes banals), ou 8 à 10 ans, comme c’est le cas dans le Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) de 2002-2003.

Pourquoi on vous en parle. Connaître la réponse immunitaire à Covid-19 est essentiel. À court terme, parce que les personnes immunisées peuvent côtoyer sans risque des patients infectés, ce qui serait précieux pour les professions de santé. À plus long terme, parce que le contrôle de l’épidémie dépend en bonne part du développement d’une immunité de groupe – qui ne peut être que «naturelle» en l’absence de vaccins. L’identification des personnes avec une réponse immunitaire forte permet enfin de traiter des patients graves par injection d’anticorps (même si ce chemin est semé d’embûches). Le développement de tests sérologiques, capables de détecter les anticorps anti-Sars-CoV-2 dans le sang, est une étape cruciale pour y voir plus clair sur ces sujets.

link

A lire dans le New York Times

La newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi