Réservé aux abonnés

La dette immunitaire pour expliquer l'épidémie de bronchiolite? «De la paresse intellectuelle»

Image d'illustration. | Shutterstock / lavizzara

La flambée de bronchiolites pédiatriques en Suisse est-elle due à une «dette immunitaire» contractée pendant le Covid? Pour Antoine Flahault, d'autres hypothèses sont aussi, voire plus prometteuses.

La flambée de bronchiolites pédiatriques observée en Suisse remet la théorie de dette immunitaire sur le devant de la scène médico-scientifique. Les autorités sanitaires cantonales n’hésitent en tout cas pas à pointer vers ce concept pour expliquer la violence de l’épidémie en cours. La théorie est simple: les mesures de protection Covid auraient diminué nos défenses immunitaires.

Lire aussi: Les gestes barrières risquent-ils d’affaiblir notre système immunitaire?

Pour Antoine Flahault, épidémiologiste et directeur de l’Institut de santé globale à Genève, «la dette immunitaire reste une hypothèse, parmi d’autres, qui n’a jamais fait l’objet d’un consensus scientifique». Il expliquait même que «c’est par paresse intellectuelle que l’on saute sur la première hypothèse sans vouloir la valider», le 13 novembre sur Twitter. Alors, comment expliquer la flambée de bronchiolites actuelle? Heidi.news évoque les différentes pistes possibles avec le professeur.

Heidi.news – Pour expliquer la sévérité de l’épidémie de bronchiolite actuellement, on parle facilement de «dette immunitaire». De quoi s’agit-il?

Antoine Flahault – La dette immunitaire est une théorie élaborée initialement par des immunologistes français, il y a plusieurs dizaines d’années, pour tenter d’expliquer la recrudescence de maladies atopiques, des allergies, chez l’enfant. Selon cette théorie ce serait un «excès» d’hygiène, une surconsommation d’antibiotiques, un environnement «trop aseptisé» qui seraient à l’origine de ces allergies plus fréquentes des enfants. Cette théorie n’a jamais fait l’objet d’un consensus scientifique, ni d’une validation très convaincante par l’observation ou l’expérimentation.

Le point sur l’épidémie de bronchiolites. Le 22 novembre, Pédiatrie Suisse a actualisé les données concernant les hospitalisations pour bronchiolites en Suisse. Une baisse se dessine, mais la situation demeure exceptionnelle: «les hôpitaux pédiatriques de Suisse enregistrent un nombre record absolu d’hospitalisations d’enfants infectés par le VRS».

La décrue observée ne concerne pas les régions de Zurich et du Nord-Est du pays, où le nombre de nourrissons hospitalisés est toujours en hausse.

Capture d’écran 2022-11-23 à 11.54.18.png

Dans un «édito» publié en août 2021 dans la revue Infections Disaeses Now, le sujet de la «dette immunitaire» ou «effet rebond» est abordé par un collectif de pédiatres en lien avec les restrictions Covid. Mais la situation en Suisse est différente: les mesures Covid ont duré beaucoup moins longtemps qu’en France. Et en Suède, notamment, une vague importante de bronchiolites a été relevée en 2021 alors que le pays a été un des moins restrictifs durant le Covid… Comment établir un tel lien dès lors?
Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter