| | News

Covid-19: La crise épidémique se mue en krachs boursiers

La chute de la bourse de New York a forcé à une interruption des transactions. | Keystone

Les places financières du monde entier ont violemment réagi à la chute des cours du pétrole et à l’extension de l’épidémie de coronavirus. Si le SMI en Suisse a pu limiter les pertes à 5,5%, Paris, Londres et Francfort ont perdu de l’ordre de 8% et Milan 10%. A New York, la chute de 7% de l’indice S&P 500 a entraîné une interruption automatique des échanges pendant 15 minutes en début de séance. L’indice a perdu finalement 7,6%% et le Dow Jones près de 8% (soit tout près des 10% lors d’une séance qui définissent un krach). Dans le même temps, le pétrole a reculé de 20% pour atteindre les 36 dollars le baril.

Pourquoi c’est important. La chute des bourses mondiales intervient au lendemain d’une correction qui a atteint jusqu’à 31% pour les prix du pétrole suite à la guerre des prix enclenchés par l’Arabie saoudite. En temps normal, cela aurait dû être une bonne nouvelle pour des économies qui restent très dépendantes de l’or noir. Mais l’extension mondiale de l’épidémie de coronavirus qui entraîne des mesures toujours plus strictes comme c’est le cas dans le Nord de l’Italie fait perdre toute visibilité aux investisseurs qui se ruent sur des produits réputés plus sûrs comme les bons du Trésor américain, dont le rendement atteint le niveau jamais vu de 0,5%. La capitulation qui voit les gros investisseurs instititutionels jeter l’éponge n’a pas encore eu lieu mais la révision à la hausse du nombre de cas aux Etats-Unis quand la population sera testée pourrait la provoquer.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi