Réservé aux abonnés

La Confédération n'arrive pas à chiffrer l'impact de l'épidémie sur les coûts de la santé

Cartes d'assurances-maladie. | Keystone / Christian Beutler

Le rapport «Impact de la pandémie sur les coûts de la santé» du Conseil fédéral, paru le 23 juin, est passé inaperçu. Normal, ce jour-là Alain Berset parlait assouplissements généralisés. Et puis, le rapport est presque un aveu d’échec: le montant à charge du système de santé suisse est difficile à chiffrer et sera connu courant, voire fin, 2022. Pas avant.

Pourquoi ça pose problème. Sur quelle base chiffrée sera évalué le montant moyen de la prime d’assurance-maladie pour 2022 si l’impact de l’épidémie sur les coûts de la santé n’est pas évalué d’ici la fin de l’été? Et comment se répartissent les coûts entre la Confédération, les cantons, les assurances-maladie et les assurés? Sur l’échiquier déjà compliqué du système de santé suisse, l’épidémie représente encore une boîte noire dont les conséquences sur les primes et les réserves des assurances-maladie devront être évaluées avant 2022. Histoire de fixer des primes 2022 en toute connaissance de cause.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter