| | Radar

La Chine et la quête impossible de l’origine du coronavirus

Un homme passe devant le marché aux fruits de mer de Huanan, à Wuhan, où a débuté l'épidémie. Le marché a été nettoyé et son accès condamné. | Keystone / EPA / Romain Pilipey

Alors que le monde s’interroge encore sur les conditions d’émergence de Covid-19, où en est la Chine? Occupée à en effacer les traces, estime Bloomberg. L’agence de presse américaine dépeint le portrait d’un pays désireux d’oublier les débuts de l’épidémie, dans la région du Hubei. Le retour à la normale s’accompagne d’une omerta qui s’étend aux badauds rencontrés à Wuhan et alentours, entretenue par une propagande qui fait la part belle aux thèses alternatives – un virus importé de l’étranger, via des militaires américains ou des produits surgelés contaminés. Un long récit sans révélation, mais qui dessine en creux une histoire officielle en marche.

Pourquoi on vous en parle. La mission de l’OMS sur l’origine du virus, composée de dix experts internationaux en épidémiologie et virologie, est sur le point de se rendre en Chine. Mais elle se heurte à un feu roulant de résistances et de manœuvres dilatoires. Après avoir obtenu que les investigations tiennent pour acquis les travaux réalisés à Wuhan par ses propres équipes, la Chine vient de refuser à la dernière minute d’accorder des visas à deux membres de la mission, pourtant négociée depuis de longs mois. Les experts interrogés par Bloomberg et d’autres médias estiment que les chances de parvenir à retracer les origines du virus sont infinitésimales, a fortiori dans ces conditions. La piste est froide, et Pékin ne fait rien pour la réchauffer.

link

A lire sur Bloomberg

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi