| | Analyse

L’Union Européenne étend son pouvoir sur la santé grâce à la pandémie

La présidente de la Commission Européenne Ursula von der Leyen a lancé l’Europe de la santé. Keystone/ Fabian Sommer

Après le chaos des premiers jours de la pandémie et des pays de l’UE refusant l’exportation de matériel médical a d’autres membres, Bruxelles a repris les rênes de la coopération et de la coordination des politiques de santé. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a annoncé le 11 novembre une «Europe de la santé» assortie d’un budget multiplié par dix (5 milliards d’euros sur 7 ans). De la mutualisation des commandes de vaccins et de médicaments à la constitution de réserves d’urgence en passant par la création d’une agence de recherche biomédicale, la pandémie accélère la création de cette Europe de la santé alors que ce secteur était jusque-là du ressort des pays-membres.

Pourquoi c’est historique. La santé ne fait que marginalement partie des compétences de l’Union Européenne. Les transferts de patients entre hôpitaux par dessus les frontières ou le suivi des cas contacts au Covid qui voyagent ont souligné la nécessité de nouvelles formes de collaboration.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi