| | Analyse

L'OFSP génère un climat de secret autour des chiffres de l'épidémie de coronavirus

Daniel Koch, responsable de la division maladies transmissibles à l’OFSP. | Keystone / Peter Klaunzer

Plus de 2650 cas en Suisse. C’est avec ce chiffre que la conférence de presse de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a débuté ce 17 mars à Berne. Daniel Koch, responsable de la division maladies transmissibles à l’OFSP, a reconnu que le nombre de personnes infectées augmente au point de submerger l’office, qui n’arrive plus à donner une vision précise de l’épidémie à la population.

Pourquoi ce discours pose problème. Les cantons ont l’obligation de transmettre à l’OFSP les cas et les décès survenus sur leur territoire. Les capacités hospitalières ne sont pas non plus communiquées, alors que Société suisse de médecine intensive les connaît. L’OFSP est pourtant informé et ce de manière détaillée. La rétention des informations actuelles est susceptible d’affecter la confiance de la population envers les autorités.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi