| | news

L'application de contact tracing de l'EPFL et de l'ETHZ sera testée dès le mercredi 13 mai

Alain Berset, lors de la conférence de presse du 8 mai à Berne. | Keystone / Peter Klaunzer

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont importantes dans le débat public actuel. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Lors de sa séance du 8 mai, le Conseil fédéral s’est penché sur quatre points urgents en vue du déconfinement du 11 mai: lancement de l’application de contact tracing DP3T, aide financière d’urgence pour les crèches, réouverture des restaurants et des frontières. C’est Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé, qui est venu présenter ces décisions.

Pourquoi on en parle. L’application DP3T devait être lancée le 11 mai, mais le Parlement, lors de sa session extraordinaire qui s’est terminée le 6 mai, a décidé qu’une base légale devait être créée avant sa mise à disposition. Pour ce qui est des restaurants, le concept de protection en vue de leur réouverture le 11 mai a dû être clarifié. Et pour les crèches, la Conseil fédéral doit élaborer une ordonnance d’ici le 20 mai pour la répartition des 65 millions de francs votés au Parlement. Pour ce qui est des frontières, il ne s’agit que de l’application de décisions présentées le 29 avril.

Les décisions. Lors de la conférence de presse de ce vendredi 8 mai, seuls des sujets très concrets ont été présentés en vue de la deuxième étape du déconfinement, qui débute lundi 11 mai.

Application de contact tracing DP3T. Le Parlement a décidé qu’une base légale était nécessaire avant le lancement de toute application de traçage de proximité. Le lancement public de cette technologie est donc repoussé jusqu’à ce que le Parlement se soit prononcé. Suite à cette décision, le Conseil fédéral doit compléter la loi sur les épidémies et présentera un message urgent d'ici au 20 mai, afin que le Parlement puisse l'adopter lors de sa session de juin (du 2 au 19 juin).

Développée conjointement par l’EPFL, l’ETHZ et la Confédération, l’application sera testée dès le 13 mai lors d’une phase pilote, pour laquelle le Conseil fédéral doit édicter une ordonnance à la validité temporelle limitée. Alain Berset:

«La phase de tests durera jusqu’à la fin du mois de mai. Elle sera limitée à des petits groupes et devra permettre de répondre à toute une série de questions, notamment sur la protection des données. Le lancement effectif débutera dès que le Parlement aura pris une décision.

Au Conseil fédéral, nous allons tout faire pour que ce soit possible dès la première semaine de session de juin. Nous allons proposer un message urgent à l’adresse du Parlement, le 20 mai pour que ce soit possible. Le traitement de cette loi doit être rapide pour que l’on puisse rapidement passer de la phase de test au lancement. Mais si le Parlement ne veut pas de notre proposition, il n’y aura tout simplement pas d’application. C’est au Parlement de décider.»

Cette application doit permettre d’identifier les chaînes de transmission du virus pour contenir sa propagation, sans attenter à la vie privée. Aucune donnée personnelle, ni information de localisation des usagers ne seront exploitées. Toutes les données seront supprimées après 21 jours. De plus, elle ne sera utilisée que dans la phase d'endiguement de l’épidémie, pour compléter le traçage des contacts que les cantons reprennent sur tout le territoire à partir du 11 mai.

Soutien aux crèches. Le Conseil fédéral ne désirait pas soutenir les institutions d’accueil extra-familial. Le Parlement en a décidé autrement, en octroyant une aide d’urgence de 65 millions de francs aux crèches ayant subi des pertes financières en raison de la crise. Une ordonnance en ce sens doit être élaborée d’ici le 20 mai, avec effet rétroactif à partir du 17 mars et pour une durée de six mois.

Réouverture des restaurants. Ce secteur devait présenter un concept de protection avec la réouverture du 11 mai. Cette semaine, des allers-retours entre GastroSuisse et la Confédération ont brouillé un peu le message. Dès lundi, les restaurants devront respecter les mesures suivantes:

  • chaque table ne devra accueillir que quatre personnes au maximum ou des parents et leurs enfants,

  • les clients devront tous être assis et les tables espacées de deux mètres ou isolées avec un élément de séparation,

  • pour faciliter le traçage des contacts dans les restaurants, les coordonnées d'une personne par groupe de clients devraient être notées. Mais cette indication demeure facultative.

Les frontières. Comme annoncé le 29 avril, un assouplissement graduel des restrictions d’entrée sur le territoire suisse sera effectif dès le 11 mai:

  • traitement des demandes déposées avant l'adoption des restrictions par des travailleurs en provenance des Etats membres de l'UE ou de l'Association européenne de libre-échange (Aele), ou d'Etats tiers.

  • examen des demandes de ressortissants de pays de l'UE ou de l'Aele en possession d'un contrat conclu avant la crise.

  • Le regroupement familial sera à nouveau possible pour les membres de la famille de citoyens suisses et de citoyens d'un Etat membre de l'UE ou de l'Aele.

  • Les contrôles aux frontières sont maintenus.

  • L'ouverture de postes-frontière se fait en concertation avec les autorités partenaires compétentes suisses et étrangères. Elle sera communiquée le moment venu.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi