| | Idées

Je prends le pari: il n’y aura pas de deuxième confinement

Annick Chevillot

On me demande tous les jours si une deuxième vague épidémique va nous submerger, et quand. Cette question est devenue centrale avec, en filigrane, le spectre d’un nouveau confinement. Derrière cette question lancinante, l’incertitude générée par de nombreuses injonctions contradictoires.

Les incertitudes. Assignés deux mois à résidence, nous avons assimilé l’isolement forcé comme une protection contre le grand méchant coronavirus. Depuis le 11 mai, nous voilà tous confrontés à la même peur qui fut celle des caissières de supermarché durant le confinement: sortir pendant que rôde le virus. Alors on cherche des signes de certitudes dans les paroles des experts pour se rassurer, quitte à se projeter dans un futur fantasmé.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi