Réservé aux abonnés

«J'ai un stock pour trois jours maximum»: depuis son abri à Kiev, une humanitaire raconte

Image d'illustration. Un coucher de soleil baigne de lumière une fenêtre scellée pour éviter l'éclatement du verre, dans le centre de Kiev, le 28 février 2022. | Keystone / AP Photo / Emilio Morenatti

Olga vit seule, à Kiev. Pour la deuxième fois, la guerre a débarqué dans la vie de cette Ukrainienne de 43 ans. Lorsque sa ville natale située dans le Donbass est devenu un territoire séparatiste en 2014, Olga, enseignante de formation, s’est réorientée dans l’humanitaire. Après avoir prêté main forte aux déplacés internes, elle gère désormais l'équipe ukrainienne de protection de l'enfance de Terre des hommes. Entre les allers-retours à l’abri antiatomique de son immeuble, elle a accepté de raconter son quotidien.

Pourquoi sa voix compte. Habituellement, Olga s’occupe des équipes de psychologues de Terre des hommes qui interviennent dans les écoles proches de la ligne de contact, auprès des enfants et des enseignants, pour aider les plus jeunes à surmonter les traumatismes liés au conflit. A l’heure où la vie de centaines de milliers d’enfants vient de basculer, le travail de l’organisation est appelé à s’intensifier.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter