| | Radar

Immunité collective: où en est-on? La réponse de deux épidémiologistes français

Pixabay / Mohamed Hassan

Où en est-on de l’immunité collective contre le coronavirus? Dans un commentaire paru le 9 septembre dans la revue Nature, le Pr Arnaud Fontanet et son collègue Simon Cauchemez, spécialistes des maladies émergentes à l’institut Pasteur, dressent un bilan d’étape. Les deux épidémiologistes, membres du conseil scientifique français sur Covid-19, estiment qu’un effet protecteur global ne pourra être obtenu que lorsque 50% au moins de la population aura été immunisée contre le virus. On en est encore loin, puisque seulement 10% à 15% de la population des pays européens possède des anticorps contre Covid-19. Autrement dit, l’immunité collective est encore un horizon lointain, qui ne pourra être atteint qu’au prix d’une large circulation virale ou de campagnes de vaccination ambitieuses.

Le concept d’immunité collective. Les modèles et l’expérience historique montrent que le cours naturel d’une épidémie consiste, après une phase de croissance exponentielle, à se stabiliser puis refluer. Ce phénomène se produit mécaniquement dès lors qu’un pourcentage substantiel de la population est immunisé: le virus n’a alors simplement plus assez d’hôtes à qui se propager. A combien se situe ce seuil d’immunité collective pour Covid-19? Les modèles les plus simples prédisent, sur la base du nombre de reproduction de base du virus, une retombée de la courbe à partir du moment où 60% à 70% de la population est immunisée. Avec quelques subtilités, discutées par les épidémiologistes français.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi