| | Idées

«Il y a urgence: il faut changer le système de remboursement lié à la santé mentale»

Sandra Feroleto

Le 7 janvier, les principales associations de psychologues de Suisse ont déposé une interpellation au Conseil fédéral. Elles s'alarment de l'impact de l'épidémie sur la santé mentale de la population et réclament un changement du modèle de remboursement afin que les psychothérapies réalisées par les psychologues-psychothérapeutes soient prises en charge par la LAMal. Pour Sandra Feroleto, déléguée pour la Suisse romande du comité de l'Association suisse des psychothérapeutes, l‘urgence est réelle.

2021 est là, enfin se disait-on...mais la troisième vague Covid-19 ne fait que commencer son œuvre et à côté des dégâts sanitaires somatiques qui font la une, elle génère des troubles plus subtils, moins visibles, et qui n’en sont pas moins catastrophiques.

Quatre cent mille personnes qui souffrent d’une maladie psychique nécessitant une prise en charge et qui ne sont pas traitées. Voilà qui font froid dans le dos dans un pays comme la Suisse. Et pourtant, c’est le chiffre qu’une étude parue en 2020 et réalisée par deux bureaux indépendants a mis en évidence.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi