Réservé aux abonnés

Hong Kong vivra de plus en plus coupé du monde

Hong Kong vit dans une bulle et des départs commencent à se noter (archives). | Keystone/EPA / Paul Hilton

Il fallait une balise pour marquer la fin de la crise Covid-19. Le 16 février, le Conseil fédéral annoncera la fin des restrictions sanitaires en Suisse. Climat, santé, technologie, éducation, vie quotidienne: durant la semaine qui précède cette échéance, Heidi.news explore ce qui sera le monde d'après.

A Hong Kong, l’après va certainement avoir le goût amer du présent. Un présent fait de contraintes excessives, pour ne pas dire franchement disproportionnées, afin de garantir le plein succès de la stratégie «zéro Covid», devenue entre-temps plus «dynamique», selon le verbiage officiel.

Mais en guise de dynamisme, le gouvernement hongkongais a surtout indiqué que l’isolement aux frontières n’était pas infaillible, qu’il y avait des trous dans la raquette et que la vigilance devait demeurer constante et intransigeante. Et cette tolérance zéro vis-à-vis de la maladie, en permanence affinée et renforcée à coups de confinements «par embuscade» et d’isolements centrifuges — cas, cas contacts, contacts des cas contacts, etc. —, apparaît moins comme un symptôme que comme un syndrome.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter