Réservé aux abonnés

Fusionner CHUV et HUG pour échapper à un système de santé à deux vitesses?

Philippe Eggimann, président de la Société vaudoise de médecine. | DR

Le «Courrier du médecin vaudois» de juin 2021 ose remettre la question d’une fusion des centres hospitaliers universitaires vaudois et genevois sur le devant de la scène médicale et politique. Dans un grand dossier thématique, la revue de la Société vaudoise de médecine (SVM) relate l’histoire des tentatives précédentes et formule de nouvelles ambitions.

Philippe Eggimann, président de la SVM, revient dans cet entretien sur ce projet ambitieux qui n’éveille pas d’enthousiasme de la part des politiques cantonales vaudoise et genevoise, satisfaites par la collaboration actuelle. Contactées, les deux entités livrent d’ailleurs des réponses très similaires sur le sujet.

Heidi.news – Dans le «Courrier du médecin vaudois», vous plaidez pour un rapprochement, voire une fusion, entre le CHUV et les HUG. Pourquoi remettre cette question sur la table aujourd’hui?

Philippe Eggimann – Les hôpitaux universitaires jouent un rôle central dans le développement des progrès médicaux. Nous n’osions même pas les imaginer il y a quelques décennies. Et l’accessibilité à ces progrès est garantie pour l’instant. C’est aux décisions et orientations audacieuses prises dans les années 1970 et 1980 que nous le devons. Pour garantir l’accessibilité au système santé – qui nous est envié loin à la ronde –, nous devons dépasser les horizons cantonaux, dont la gestion de l’épidémie Covid a laissé entrevoir quelques limites.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter