Réservé aux abonnés

FMH: A quoi sert encore la faîtière des médecins?

Logo de la FMH. | Keystone / Christian Beutler

L’annonce, révélée par Heidi.news, de la démission de Michel Matter de la vice-présidence de la FMH jette une lumière crue sur la faîtière des médecins suisses. L’association a perdu beaucoup de pouvoir ces dernières années. Les jeunes médecins ne se sentent plus obligés d’être membres pour pratiquer et l’organe perd de sa légitimité auprès de sa base. Le risque: qu’elle disparaisse si elle ne se réforme pas en profondeur.

Pourquoi ça fait mal. En 2021, on trouve encore des médecins qui affichent fièrement les trois lettres FMH à côté de leur nom. Pourtant, depuis 2009, il n’est plus nécessaire d’être membre de la FMH pour obtenir le titre de médecin, réglé au niveau fédéral. Quant à l’autorisation de pratiquer, elle est délivrée par les cantons. L’intérêt pour un professionnel de devenir membre tient dans le fait que cela facilite la facturation. Etre membre de la FMH permet d’être signataire des accords passés avec les assurances-maladie. Est-ce suffisant pour légitimer son existence? Eléments de réponses.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter