| | news

Five up, réseau social de bénévoles très utile pendant le coronavirus

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement tant ces informations sont importantes pour bien réagir face à l'épidémie en cours et mieux la comprendre.

Lancé il y a tout juste un an, en mars 2019, Five up met en relation bénévoles et personnes à la recherche de différents services. Basée à Bienne, soutenue par la Croix-Rouge Suisse et la Société suisse d’utilité publique, cette application mobile est disponible en plusieurs langues: allemand, français, italien et anglais. L’application a vu son activité augmenter ces derniers jours, à cause de l’épidémie de coronavirus.

Pourquoi c’est important. En période de confinement, il est recommandé aux personnes les plus âgées de limiter au maximum les sorties. De plus, la fermeture des crèches et écoles en Suisse peut devenir un casse-tête pour quiconque ne peut pas travailler depuis chez soi ou faire garder ses enfants. C’est tout l’intérêt de Five up, qui met en relation bénévoles et ceux qui recherchent de l’aide.

Comment ça marche. En se créant un profil, il est possible de proposer plusieurs services aux personnes. Faire les courses pour les personnes âgées ou proposer une solution de garde d’enfants sont les plus populaires. Aldo, de Meyrin, offre bénévolement son aide pour «effectuer des courses alimentaires, passer à la pharmacie» et propose de réaliser «des petites tâches ménagères ou de l’écoute pour les personnes âgées ou vulnérables». Anaïs, à Lausanne, propose son temps pour «aider les personnes dans le besoin. Que ce soit pour des courses ou du baby-sitting de quelques heures».

Ce qu’a changé le coronavirus. «La fréquentation sur l’interface a vraiment augmenté ces derniers jours». D’après les chiffres communiqués par Lukas Streit, l’un des deux membres de l’équipe de Five up, l’application est passée de 30 à 60 visites par heure la semaine dernière, à environ 2400 visites cette semaine, chaque heure. L’épidémie a aussi permis d’augmenter le nombre de bénévoles et de services proposés.

«Avant la crise du coronavirus, on avait beaucoup de personnes qui cherchaient des services. On manquait de bénévoles, mais cela s’est résolu.»

Et comme le conseille Lukas Streit, la meilleure façon d’utiliser Five up, c’est de «créer des groupes». «Vous pouvez organiser un groupe à partir d’une communauté privée», entre voisins, membres d’une même école ou association, et «inviter des personnes bénévoles mais aussi des personnes qui peuvent avoir besoin d’aide». C’est de cette manière que l’entraide est «plus facile à organiser».

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi