| | News

Exit le suicide assisté pour les Suisses de l'étranger?

Un panneau de l'association Exit à l'occasion de son assemblée générale en 2017, à Zurich. | Keystone / Alexandra Wey

Les Suisses de l’étranger ne pourront plus faire partie de l’organisation d’aide au suicide Exit et bénéficier de l’assistance au suicide. C’est du moins ce que souhaite le Conseil d’administration de l’association Exit Suisse alémanique qui a modifié ses statuts en ce sens. Ces derniers ont été envoyés en consultation jusqu’à la fin septembre, révèle la NZZ am Sonntag. C’est l’assemblée générale qui devra trancher en 2021. En Suisse romande, la clause est déjà en vigueur depuis plus de 20 ans: pour devenir membre de l’association Exit Suisse romande, il faut obligatoirement résider sur territoire romand.

Ce qui motive la décision. Cette volonté de changement des clauses d’adhésion découle des obstacles bureaucratiques que rencontrent les Suisses résidant à l’étranger lorsqu’ils souhaitent accomplir les démarches pour avoir accès au suicide assisté, explique Jürg Wiler, porte-parole d’Exit, interrogé par l'agence de presse Keystone-SDA. En cause notamment, les difficultés pour clarifier la motivation de la demande depuis l’étranger et les difficultés de communication entraînées par des certificats médicaux et rapports d’hôpitaux dans une langue étrangère. Autre raison évoquée, le fait que les malades doivent se rendre en Suisse pour avoir accès légalement au suicide assisté, alors que les personnes sollicitant ces services sont atteintes de graves maladies, ce qui complique leur déplacement.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi