Réservé aux abonnés

Est-il possible de se réinfecter avec Omicron?

FlickR / Judith Jackson

Les vagues déferlent et ne se ressemblent pas. Une lectrice intriguée nous a écrit pour savoir ce qu’il en est des réinfections Covid-19 avec le variant Omicron, qui lui semblent plus fréquentes. Voici le cœur de sa question:

«De plus en plus de personnes de notre entourage attrapent à nouveau le Covid dans un laps de temps très proche. Dans un premier temps, je me disais que c’était certainement parce qu’ils avaient eu le variant Delta et que logiquement, ils pouvaient à nouveau être infectés par Omicron, vu les différences au niveau de la réponse immunitaire selon ce que j’ai pu lire dans vos articles.

Or, il semble désormais que des personnes ayant déjà eu, en toute vraisemblance, Omicron (vu qu’elles avaient déjà eu Delta, puis Omicron), soient à nouveau infectées par Omicron.»

La réponse d’Yvan Pandelé, journaliste scientifique à Heidi.news. Chère lectrice, vous faites bien de nous poser la question. Quand vous nous l’avez envoyée, il y a de cela quelques semaines, j’aurais été bien en peine de vous répondre. Mais on a désormais plus de recul, grâce au travail de chercheurs danois. La réponse courte est: oui, on peut se réinfecter assez vite avec Omicron, mais ce n’est pas fréquent. La réponse longue ci-dessous.

Être ou ne pas être réinfecté. Il est impossible de savoir avec certitude si les cas dont vous parlez sont des réinfections à proprement parler ou des infections qui persistent au-delà de la durée habituelle.

  • Sans information supplémentaire, lorsque deux tests Covid-19 positifs consécutifs sont séparés quelques semaines, on considère en général qu’il s’agit de la même infection à longue traîne.

  • Au-delà de deux mois entre les épisodes, il est d’usage de considérer qu’il s’agit d’une réinfection. Mais c’est un peu arbitraire. La seule solution pour en avoir le cœur net consiste à faire un séquençage complet du virus, ce qui n’est pas fait en routine.

Mais partons du principe que les cas que vous évoquez sont bien des réinfections. On sait que l’immunité à Sars-CoV-2 ne dure qu’un temps, et qu’il est possible d’être infecté plusieurs fois. Voyons quels sont les cas de figures qui s’offrent à nous.

Les sous-variants Omicron. Il existe deux sous-variants qui comptent au sein de la souche Omicron: l’un, surnommé BA.1, a débarqué en Europe au début de l’hiver et rapidement supplanté le variant Delta, jusque-là hégémonique. C’était Omicron BA.1 qui dominait en Suisse lorsque, fin février, vous nous avez adressé votre question.

Mais l’écologie des virus n’est pas un long fleuve tranquille, et BA.1 a lui-même cédé la place à Omicron B.A.2, en Suisse et un peu partout en Europe, ces dernières semaines. Durant les trois premiers mois de l’année 2022, on a ainsi vu la part de BA.2 dans les virus séquencés passer de trois fois rien à près de 100%. Un variant chasse l’autre.

Il y a donc deux possibilités (non exclusives) pour expliquer les réinfections que vous évoquez:

  • Une première infection par Omicron BA.1, suivie d’une réinfection par le même sous-variant.

  • Une première infection par Omicron BA.1, suivie d’une réinfection par BA.2.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter