Réservé aux abonnés

En Méditerranée, des migrants marqués à vie: une sage-femme de l'Ocean Viking témoigne

Des migrants regardent les garde-côtes français approcher l'Ocean Viking, jeudi 10 novembre 2022. | Keystone / AP Photo / Vincenzo Circosta

Le navire humanitaire Ocean Viking a finalement pu gagner Toulon après trois semaines d'errance en mer, le 11 novembre dernier. Une sage-femme de l'équipage nous raconte la prise en charge des migrants à bord.

«Je n’ai pas de mot pour raconter l’horreur qu’ils ont vécue avant de monter à bord.» La sage-femme Marylène Biquez, 28 ans, a récemment quitté le milieu hospitalier et la terre ferme pour le navire humanitaire Ocean Viking et la houle méditerranéenne. Tout juste rentrée d’une mission sous haute tension, elle revient sur l’état de santé des migrants secourus en Méditerranée et sur leur prise en charge médicale en haute mer. Un environnement de soin très particulier, où les besoins sont immenses et les capacités limitées.

Pourquoi on en parle. Il a fallu trois semaines avant que le navire ne soit autorisé à accoster en Europe, dans le port militaire de Toulon, le 11 novembre 2022. Cette errance en mer, la plus longue jamais enregistrée par l’association de sauvetage SOS Méditerranée, est le fruit d’un bras de fer entre la France et l’Italie, alimenté par les dissensions sur le système de partage des demandeurs d’asile en Europe. Derrière les enjeux politiques, 234 hommes, femmes et enfants au destin encore très incertain et à la santé souvent alarmante.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter