Réservé aux abonnés

«Des mois de négociations pour rien»: le difficile accès des humanitaires aux vaccins Covid-19

Le mercredi 24 février 2021, la première cargaison de vaccins Covid-19 distribués par le dispositif COVAX arrivant à l'aéroport international de Kotoka à Accra, au Ghana. | Keystone / Francis Kokoroko / UNICEF via AP

«Cinq mois de galère.» C’est ainsi que Sarah Chateau, responsable du programme MSF pour la Syrie, qualifie les démarches entreprises par son organisation pour obtenir 160’000 vaccins Covid-19 via le dispositif Covax Humanitarian Buffer. Ce stock «tampon» est censé garantir un accès à la vaccination aux populations les plus vulnérables. Sauf qu’à la place d’un système d’urgence, MSF s’est heurté à un cadre juridique complexe et opaque. La demande n’a finalement jamais abouti. Aujourd’hui, l’ONG est en colère.

Pourquoi ça interroge. Manque de transparence, déséquilibre dans les responsabilités financières et juridiques, multiplicité des interlocuteurs et des contrats: pour MSF, le dispositif de distribution de vaccins a échoué dans sa mission d’urgence. Le manquement est d’autant plus notable que des vaccins sont disponibles et que les populations dont il est question se trouvent dans des régions où les ressources hospitalières sont très limitées.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter