| | news

Des fuites internes à l’OMS montrent des experts frustrés par l’attitude de la Chine

Le Dr Mike Ryan, en charge des programmes d'urgence de l'OMS, est une des figures de la gestion de la crise. | Keystone / Salvatore di Nolfi

L’agence de presse américaine AP (Associated Press) s’est procurée des enregistrements de réunions des cadres dirigeants de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En date de janvier 2020, ils montrent que contrairement à ses déclarations officielles, l’organisation s’est trouvée confrontée à un déficit majeur d’informations en provenance de la Chine, qui n’est pas allé sans susciter des frustrations et des interrogations en interne. De quoi apporter de l’eau au moulin des pays qui critiquent le manque de transparence et de coopération de la Chine.

Pourquoi c’est important. L’OMS n’a jamais été avare de compliments vis-à-vis de Pékin en début de crise sanitaire, allant jusqu’à susciter l’ire de Washington. Ces nouveaux éléments mettent au jour ce que beaucoup soupçonnaient: les louanges de l’OMS visaient moins à féliciter la Chine qu’à l’encourager à partager des informations cruciales sur la dangerosité du nouveau coronavirus, afin de permettre aux autres pays de se préparer à une possible vague épidémique. Ces fuites interviennent alors que l’administration Trump vient de décider de claquer la porte de l’organisation.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi