| | News

Des culottes et des fourchettes, mais pas de livres: tout ce qui reste ouvert lundi

Image d'illustration. | Pixabay / Robin Higgins

Comme un petit air de déjà-vu. Dès lundi 18 janvier et jusqu’au 28 février, la Suisse tournera à nouveau au ralenti. On a décortiqué l’ordonnance du 19 juin, édictée et mise à jour par le Conseil fédéral le 14 janvier, pour faire le point.

Ce qui reste ouvert

Contrairement au mois de mars 2020, les commerces et les établissement proposant des services restent ouverts. Ainsi, les cabinets médicaux, les salons de coiffure, d’esthétique et de massage restent ouverts, tout comme les bureaux de poste, les banques, les agences de voyage, les services du domaine social, les services de l’administration publique et de la police, les guichets des entreprises de transports publics et les services de location de voiture.

Le Conseil fédéral autorise également l’ouverture des magasins vendant des biens de consommation courants. Mais qu’entend-on par bien de consommation courants?

Voici la liste de ceux qui échappent au couperet:

  • les magasins d’alimentation et ceux qui vendent des denrées alimentaires,

  • les pharmacies, les drogueries et les magasins qui vendent des dispositifs médicaux,

  • les points de vente des opérateurs de télécommunication,

  • les magasins de réparation et d’entretien, comme les blanchisseries, les ateliers de couture, les cordonneries, les services de serrurerie ainsi que les garages et les magasins de vélo,

  • les magasins de bricolage et de jardinage et les quincailleries,

  • les fleuristes,

  • les kiosques,

  • les stations-services,

  • et les marchés alimentaires, de bétail et de fleurs.

Des culottes et des fourchettes. Par ailleurs la ventes des biens suivants est autorisée, car considérés comme biens de consommation courants:

  • les pièces de rechange et accessoires électrotechniques (les batteries, les piles,…) et le matériel de photographie,

  • les sous-vêtements et vêtements pour bébés,

  • les articles d’hygiène, les articles de vaisselle, de cuisine et de table et les produits de nettoyage,

  • les journaux et les revues,

  • et les produits de papeterie.

En grande surface, les rayons seront donc organisés de sorte à proposer ces produits.

Pour les animaux. La vente de nourriture pour animaux et les produits nécessaires à l’hygiène et à l’élevage de ces derniers est logiquement autorisée. Ainsi que l’achat d’animaux «qui doivent être acquis pour garantir une détention conforme aux besoins de l’espèce», détaille le texte.

En d’autres termes, si vous avez un lapin qui n’a pas encore atteint sa maturité sexuelle et qui vit seul dans une cage, vous pouvez en acheter un deuxième la semaine prochaine, car les lapereaux ne peuvent pas être détenus seuls, indique la loi sur la protection des animaux suisse.

Pour les adeptes de ski. Les stations de ski restent ouvertes. Les magasins de sport sont en revanche fermés mais peuvent proposer du matériel en location. Il est également possible de commander son matériel sur internet et de passer le chercher en magasin.

Ce qui ferme

Mais alors qu’est ce qui ferme?

  • Les restaurants, les bars, les établissements culturels comme les cinémas et les théâtres, les installations de sport et de loisirs restent fermés.

  • Les librairies tirent le rideau.

  • Les magasins de vêtements ferment leurs portes.

En revanche, l’achat par internet reste possible. Le client peut ensuite se rendre en magasin chercher le produit.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi