Réservé aux abonnés

Des Américains veulent se faire inoculer le coronavirus pour accélérer le développement d’un vaccin

Un volontaire participant à un essai accéléré reçoit une injection d'un candidat vaccin, à Kansas City. | Keystone / Center for Pharmaceutical Research via AP

Se faire injecter un candidat vaccin, puis se prendre une bonne dose de pathogène pour vérifier son immunité: c’est le principe des essais cliniques dits human challenge. Aux Etats-Unis, scientifiques, politiques et citoyens sont de plus en plus nombreux à prôner cette approche controversée. Ils comptent accélérer le développement d’un vaccin contre Covid-19. Cette semaine, le mouvement a atteint un momentum. Suite à la publication remarquée d’un protocole détaillé dans The Journal of Infectious Disease, 35 élus au Congrès, démocrates et républicains, ont envoyé une lettre de soutien à la Food and Drug Administration. La société civile s’engage également, avec la plateforme 1 Day Sooner qui a déjà recruté plus de 2000 volontaires.

Pourquoi c’est intéressant. On a déjà organisé des essais de type human challenge pour tester des vaccins contre la dengue et la malaria. Le protocole n’est donc pas entièrement nouveau. Il s’agit de gagner du temps – plusieurs mois, expèrent les auteurs – en s’affranchissant partiellement de la plus longue et fastidieuse étape des essais, appelée phase 3.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter