Réservé aux abonnés

Dans un monde qui prend du poids, les HUG veulent faire mieux

Image d'illustration. | Shutterstock

Pourquoi est-il si compliqué de soigner l’obésité? Manque d’adhésion thérapeutique, absence d’efficacité des traitements à long terme, stigmatisation des patients: la prise en charge des personnes souffrant d’un excès pondéral pèche encore trop souvent. C’est à partir de ce constat et pour le faire évoluer que les HUG ont imaginé leur nouveau Centre de l’obésité et de la chirurgie bariatrique, inauguré lors d’un grand symposium le jeudi 28 avril, plaidant pour une approche pluridisciplinaire et des parcours de soin coordonnés.

Pourquoi c’est un défi. «Trop souvent, nous n’arrivons pas à traiter durablement nos patients qui souffrent d’obésité», n’a eu de cesse de répéter, dans un auditoire bien rempli, le Pr Zoltan Pataky, co-directeur du centre et responsable de l'unité d'éducation thérapeutique du patient. La faute, selon lui, à des prises en charge qui n’intègrent pas suffisamment la dimension psycho-sociale de la maladie, à la stigmatisation et à des questions d’environnement. Mais les choses bougent.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter