| | News

Livraisons à domicile et tensions sur la chloroquine dans les pharmacies

La vitrine d'une pharmacie à Lausanne avec diverses affichettes dont celles de prévention de l'OFSP et une indiquant la rupture de stock de désinfectant lors de la pandémie de coronavirus. (KEYSTONE/Leandre Duggan)

Cet article est extrait de notre toute nouvelle newsletter quotidienne «Le Point Coronavirus: Sortir de la crise».

«Au début, on se faisait enguirlander parce qu’on n’avait pas de masques!» Christophe Berger est pharmacien et président de la Société vaudoise de pharmacie. Il nous explique comment les officines du canton ont dû faire face à la pénurie pendant les premières semaines de la pandémie.

«Nous avons dû nous adapter sur le tas. Dans le canton de Vaud, nous nous sommes sentis un peu abandonnés des autorités. Avec la Société de pharmacie, nous avons rapidement donné des infos à nos membres: nous avons pris des photos d’une pharmacie témoin, avec marquage au sol pour respecter les distanciations et plexiglas au comptoir.»

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi