| news

D’un point de vue médical, les championnats du monde d'athlétisme de Doha font prendre des risques inutiles aux athlètes

Lea Sprunger aux championnats du monde d'athlétisme à Doha. | Keystone / Jean-Christophe Bott

Les mondiaux d’athlétisme se déroulent à Doha, au Qatar, jusqu’au 6 octobre, dans des conditions extrêmes. La chaleur combinée à l’humidité pénalise les athlètes, en particulier ceux qui évoluent en extérieur: contre-performances, abandons et malaises se multiplient. Ces 17es championnats du monde d’athlétisme sont la démonstration que la combinaison chaleur-humidité met les compétiteurs en danger.

Pourquoi ça dérange. Le sport est censé présenter le corps dans toute sa puissance. Certaines images de Doha l’ont montré dans toute sa fragilité. En particulier dans les épreuves en plein air. Est-ce acceptable de jouer ainsi avec la santé des sportifs? Nous avons voulu faire le point sur la situation et avoir l’avis de Boris Gojanovic, ancien basketteur d’élite, médecin du sport à l’Hôpital de la Tour à Meyrin, co-responsable médical du meeting Athletissima et président du Réseau romand de médecine de l’exercice et du sport.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi