Réservé aux abonnés

Covid: En amputant la surveillance des eaux usées, l'OFSP plonge la Suisse dans le brouillard [EXCLUSIF]

La diminution de moitié du monitorage national des eaux usées par la Confédération dès le 1er janvier 2023 va plonger la veille sanitaire Covid dans le brouillard. | Heidi.news / OFSP

La Confédération sabre dans son programme de surveillance de la charge virale du Sars-CoV-2 dès le 1er janvier 2023. Une décision qui intervient en même temps que la fin du financement des tests de dépistage Covid.

Dès le 1er janvier 2023, le programme de surveillance national du Sars-Cov-2 dans les eaux usées (STEP) sera amputé de moitié, selon les informations de Heidi.news. Cette décision met à mal la veille sanitaire Covid déjà faible en Suisse. Les raisons d’une telle décision de la part de l’OFSP sont plus financières que sanitaires.

Pourquoi le timing interroge. Cette réduction de 50% intervient suite à une évaluation du rapport coûts-bénéfices d’un tel monitorage par l’OFSP. Les cantons sont informés depuis quelques jours du choix des STEP qui continueront à faire partie du programme (voir le détail pour les cantons romands ci-dessous) à partir de 2023.

Certains responsables cantonaux ont donc grincé des dents lorsque le Parlement a décidé dans le même temps de ne plus financer les tests Covid dès le 1er janvier 2023 également. Plusieurs politiciens ont justifié cette évolution en expliquant que le monitorage du coronavirus dans les eaux usées permettait d’assurer la veille sanitaire et rendait le dépistage inutile. Les deux décisions, du Parlement et de l’OFSP, conjointes temporellement interrompent abruptement ce qu’il restait de la veille sanitaire Covid en Suisse, thermomètre déjà largement endommagé en début d’année.

Lire aussi: Covid: «un pan entier de la veille sanitaire va s'arrêter abruptement»

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter