| | Interview

Covid-19: «Je pense que l’industrie pharmaceutique jouera le jeu pour les pays pauvres»

La présidente du Medicines Patent Pool, Marie-Paule Kieny a une grande expérience dans la négociation de licence gratuite sur les brevets de la Pharma./MPP

Dans un appel rendu public ce vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et trente pays appellent la communauté internationale à mettre en commun les connaissances et les données concernant la pandémie de Covid-19 afin d’y mettre fin le plus vite possible. Surtout, elle propose que la fondation Medicines Patent Pool (MPP), basée à Genève, soit l’instrument qui rendra accessible à une large population les futurs médicaments et vaccins. Sa présidente Marie-Paule Kieny connaît bien l’industrie pharmaceutique, où elle a commencé sa carrière, mais surtout l’OMS, dont elle fut numéro deux. Entretien exclusif.

Pourquoi c’est crucial. Les nouveaux vaccins, diagnostics et médicaments développés par l’industrie pharmaceutique sont protégés par des brevets, ce qui maintient leur prix à un niveau élevé et empêche d’en démultiplier la production sous forme de génériques. Le Medicines Patent Pool a permis depuis 10 ans de faciliter l’accès bon marché aux traitements contre le sida, la tuberculose et l’hépatite C. Si les pays membres de l’OMS acceptent de suivre la direction de l’organisation, le mécanisme exercera ce rôle dans Covid-19.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi