| | news

Comment Google et Apple se donnent les moyens de suivre le coronavirus à la trace

Keystone / Kay Nietfeld

Google et Apple souhaitent vous aider à savoir si vous avez été en contact avec une personne potentiellement infectée par le nouveau coronavirus, à l’aide du Bluetooth des téléphones portables. Les deux firmes ont annoncé un partenariat le 10 avril. Tour d’horizon en Suisse romande de quelques réactions suscitées par le projet, et le point sur ce que l’on sait de son fonctionnement et de son calendrier de déploiement.

Pourquoi on en parle. Le «contact tracing» numérique, qui tire avantage du smartphone pour identifier les personnes ayant été en contact avec un cas Covid-19 confirmé, est une voie prometteuse. Il a vocation à déboucher sur une auto-mise en quarantaine des cas contacts.

Après l’Asie (notamment à Singapour), les projets de ce type se multiplient dans le monde. Début avril se lançait par ailleurs, et selon le même principe technique, un vaste projet regroupant 130 partenaires académiques et industriels en Europe (dont l’EPFL), baptisé Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing (PEPP-PT).

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi