| | Interview

Covid-19 et les animaux: «Pour moi c’est avant tout une maladie d’humains»

Vison dans un élevage chinois, à Harbin (2008). Les élevages de vison sont le principal risque identifié de foyer épidémique lié aux animaux dans la pandémie Covid-19. | Keystone / AP / Sergei Grits

Vétérinaire spécialiste des maladies émergentes, Jeanne Brugère-Picoux est professeure honoraire de l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort et membre à la fois de l’Académie vétérinaire de France et de l’Académie nationale de médecine française. Avec elle, nous avons entrepris de faire le point sur la transmission de Covid-19 aux animaux, et sur le risque potentiel que ceux-ci peuvent représenter pour l’homme. Entretien.

Heidi.news – La grippe est le cas emblématique de circulation d’un virus entre espèces différentes. Que peut-on en dire?

Jeanne Brugère-Picoux – L’une des craintes des épidémiologistes concerne le risque de recirculation du virus chez plusieurs espèces. La barrière d’espèce n’est pas toujours efficace. C’est un risque bien connu pour la grippe humaine, qui peut toucher aussi le porc. Ainsi, un éleveur de porcs averti ne rentrera jamais dans son élevage s’il a la grippe! On a en France l’exemple d’une transmission porc-homme-porc du virus H1N1 de la grippe saisonnière pour en témoigner. En janvier 2018, un employé atteint de la grippe a contaminé un élevage de truies car, malgré la douche et le changement de vêtements, il n’avait pas mis de masque ni de gants. Les truies ont contaminé ensuite un vétérinaire et son technicien – non vaccinés contre la grippe et sans  équipement de protection – lors d’une visite ultérieure.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi