| | news

Covid-19: ce qu'on sait sur le premier décès suisse, et pourquoi la réponse sanitaire va changer

De gauche a droite, le directeur général du CHUV, Philippe Eckert, la conseillère d'Etat vaudoise, Béatrice Metraux, la conseillère d'Etat vaudoise, Rebecca Ruiz et le médecin cantonal vaudois, Karim Boubaker, lors d'une conférence de presse à la suite du premier décès dû au coronavirus jeudi 5 mars 2020. | KEYSTONE / Laurent Gillieron

Alors que la Suisse déplore jeudi 5 mars son premier décès dans l’épidémie de Covid-19, les cantons les plus touchés amorcent un changement de cap dans la réponse à la crise sanitaire: ne plus prendre en charge la totalité des personnes infectées, mais se limiter aux seules personnes vulnérables. Cette nouvelle stratégie n’a pas été clairement annoncée par la Confédération mais le canton de Vaud l’a déjà adoptée. Genève et Zurich pourraient suivre le même chemin.

Pourquoi c’est important. Les stratégies d’atténuation correspondent au deuxième stade de la réponse sanitaire à une épidémie: on prend acte du fait que l’endiguement du virus n’est plus possible, pour se concentrer sur la prise en charge des cas les plus graves et une réponse sanitaire plus ciblée – comme pour une pandémie de grippe saisonnière. C’est le signe clair que l’épidémie a franchi un cap en Suisse.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi