| | news

Coronavirus: une nuit de garde racontée par un infirmier des HUG

Entrée des HUG, le 24 mars 2020. | Keystone / Salvatore Di Nolfi

C’est une étrange valse nocturne qu’entame Karim* plusieurs fois par semaine. Une routine fatigante: entre 22h et 7h du matin, il veille sur une dizaine de patients d’une unité Covid-19 aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). La nuit, à l’aide d’un ou deux collègues, d’antibiotiques et de désinfectant, l’infirmier affronte, un ennemi invisible: le coronavirus. Témoignage.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

La newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi