| | news

Comment fonctionne le premier vaccin contre le coronavirus testé sur des patients

Moderna Therapeutics a mis 63 jours pour développer le premier vaccin testé cliniquement contre le Covid-19. Photo: Moderna Therapeutics

Elle s’appelle Jennifer Haller. Elle est mère de deux enfants. Et elle est devenue, lundi soir, à Seattle la première personne de l'histoire à tester un vaccin potentiel contre le COVID-19. Un acte de bravoure, car comme les 44 autres personnes qui sont entrées dans cet essai clinique et testent une technologie qui n’a encore jamais été autorisée par les autorités, Jennifer Haller est en pleine santé. Moderna Therapeutics qui a développé ce vaccin en 63 jours estime cependant qu’il faudra au minimum un an, si tout marche bien, pour pouvoir le distribuer largement.

Pourquoi c’est un espoir risqué. La vaccination est la meilleure stratégie pour protéger les populations d’une maladie épidémique hautement contagieuse comme le Covid-19. Certes, une vaccination potentielle dans un an suppose que la maladie puisse revenir à la manière de la grippe ce qui n’est pas établi. Moderna prend donc un risque. Un double risque même puisqu’aucun des différents vaccins dit à ARN messager que développent l’entreprise n’a encore été approuvé. La technologie semble cependant prometteuse, y compris dans le cas de futures épidémies émergentes.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi