| | News

Coronavirus: le Conseil fédéral débloque 400 millions de francs pour l'aide humanitaire

Ignazio Cassis lors de la conférence de presse du DFAE à Berne, le 30 avril. | Keystone / Alessandro della Valle

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont importantes dans le débat public actuel. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Une enveloppe de 400 millions de francs pour soutenir les organisations d’aide internationale et humanitaire. C’est le montant annoncé ce 30 avril par Ignazio Cassis, conseiller fédéral en charge du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), pour aider les populations les plus pauvres du monde. Ce montant est réparti entre plusieurs institutions actives sur le terrain humanitaire, dont le CICR et le Fonds fiduciaire d'assistance et de riposte aux catastrophes du FMI.

Pourquoi on en parle. Après les annonces de déconfinement plus rapide que prévu, la Conseil fédéral devait également présenter sa stratégie d’aide internationale suite aux appels de plusieurs ONG et à une motion de la Commission de politique extérieure du Conseil national réclamant une augmentation de l’aide humanitaire de 100 millions de francs pour l’année 2020. Le soutien proposé par la Confédération pose néanmoins question puisque les 200 millions de francs débloqués pour le CICR le sont sous forme de prêt sans intérêts.

Pourquoi cette aide. L’enveloppe globale de 400 millions de francs représente un montant maximum. Cela permet, en partie, de répondre aux appels à l’aide lancés par l’ONU, l’OMS, le CICR, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), le G20 et d’autres ONG nécessitant un soutien financier d’urgence. Ignazio Cassis:

«Le virus ne connaît pas les frontières. La crise touche tous les pays. Ce défi global appelle une réponse globale. Le Conseil fédéral doit évidemment s’occuper des citoyens suisses, mais il est tout aussi nécessaire de s’occuper de citoyens démunis d’autres pays, en particulier les plus pauvres. La solidarité signifie pouvoir renoncer à quelque chose pour aider les autres.

Et nous pouvons exprimer cette solidarité par le soutien d’organisations internationales qui luttent contre la pandémie et ses effets sur l’économie mondiale qui engendrent une instabilité sociale. Lorsque les plus pauvres ne peuvent plus travailler, ils ne peuvent plus nourrir leur famille. Cela engendre des migrations. La Suisse est aussi touchée et a tout intérêt à aider sur place.»

Les modalités. Le montant de 400 millions de francs permet à la Suisse de participer aux efforts internationaux pour atténuer les effets de la pandémie de Covid-19 auprès des populations les plus vulnérables. Il est réparti entre plusieurs organisations:

  • Un prêt sans intérêts de 200 millions francs est accordé au Comité international de la Croix-Rouge (CICR). L’organisation aura 7 ans pour le rembourser.

  • Un crédit à hauteur de 25 millions de francs est également accordé au Fonds fiduciaire d’assistance et de riposte aux catastrophes du FMI.

  • Un montant de 175 millions de francs sera encore alloué à d’autres organisation internationales. Ignazio Cassis:

«Le Conseil fédéral décidera la semaine prochaine quelles ONG les plus utiles pourront bénéficier de ce montant.»

La suite. Le Parlement doit se pencher sur les deux crédits lors de la session d’été prévue en juin. En annonçant ce plan d’aide international, le Conseil fédéral désire montrer que «la tradition humanitaire reste un pilier important de notre politique étrangère», comme le souligne Ignazio Cassis. Reste à savoir si un simple crédit sans intérêt représente la meilleure manière de contribuer. Le Parlement tranchera.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi