| | interview

Coronavirus: «Le confinement pèse davantage sur les personnes vulnérables»

DR

Pour Lazare Benaroyo, professeur honoraire d'éthique et de philosophie de la médecine à l’Université de Lausanne, la Suisse adopte une gestion de la crise liée à la pandémie de coronavirus cohérente avec l’application des principes éthiques. Mais l’équilibre des droits est fragile, et la médecine ne doit pas dominer la décision publique. Le professeur explique aussi en quoi choisir de confiner la population pourrait mener à d’autres problèmes, en favorisant par exemple les violences domestiques ou les conduites addictives.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

La newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi