| | News

De la Bretagne à la Suisse, une histoire d'adaptation de masques de plongée contre le coronavirus

Illustration réalisée pour le consortium Masque-Adaptateur Covid-19 France. | Dessinateur: Pic

C’est une histoire née en Bretagne, qui aurait pu rester, entre l’implication de la chaîne Decathlon et celle de l’industriel Bic, une aventure franco-française. Mais des acteurs suisses y sont aussi impliqués, notamment le Genevois Colomban de Vargas, désormais chercheur au CNRS à la Station biologique de Roscoff en France, et l’EPFL. Ce projet a même été communiqué au professeur Didier Pittet des HUG, afin qu’il puisse être évalué par l’OMS.

Pourquoi c’est intéressant. Ce projet relève de la «science frugale», qui vise à produire des dispositifs fonctionnels, mais peu coûteux. A l’aide d’un adaptateur en plastique muni d’un filtre antiviral et antibactérien, qui se fixe à la place du tuba, il est l’une des variantes des multiples initiatives réalisées dans le monde autour du masque de plongée de Decathlon «Easybreath». Il est ici transformé en équipement de protection pour les soignants. De quoi combiner les fonctions d’une visière en plastique et d’un masque de protection FFP2!

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi