Réservé aux abonnés

CoronaLeaks: toutes ces fois où le Blick a eu un coup d'avance

A la rédaction du «Blick» à Zurich, le 9 avril 2014. | Keystone / Dominik Baur

EXCLUSIF. Nous avons plongé dans les archives du Conseil fédéral et du Blick pour voir à quel point le quotidien zurichois a détaillé les mesures sanitaires du Conseil fédéral, avant même que celui-ci ne siège et ne statue. Une chose est claire: le journal alémanique est très bien informé.

Dans l'affaire dite des CoronaLeaks, Peter Lauener, responsable médias d'Alain Berset, est soupçonné d'avoir communiqué secrètement et en avance des informations confidentielles à Marc Walder, patron de Ringier qui édite le Blick.

  • Le quotidien zurichois aurait ainsi pu annoncer à de nombreuses reprises des mesures, avant qu'elles aient été discutées et décidées par les membres du Conseil fédéral.

  • Du côté de la rédaction du Blick, on se défend d’avoir utilisé les informations communiquées à Marc Walder, et on revendique d’autres sources — protégées par le secret journalistique.

Les révélations de la Schweiz am Wochenende du 14 janvier 2023 montrent que les échanges ont été d’une ampleur presque industrielle entre Peter Lauener et Marc Walder. Le doute sur la défense du Blick est donc permis.

Lire aussi: CoronaLeaks: Marc Walder est-il un danger pour la presse et la démocratie?

Pourquoi on a vérifié. Le quotidien alémanique a manifestement eu un coup d’avance durant la crise Covid. Sans présager des sources utilisées, ni de la plausibilité de la défense du groupe Ringier, nous avons voulu évaluer l’ampleur des exclusivités Covid du quotidien alémanique.

Les articles détaillant avant tout le monde les décisions à venir du Conseil fédéral ont été nombreux, comme le souligne Peter Marti, procureur extraordinaire en charge du dossier:

«Il s'agit d'innombrables mails que vous (Peter Lauener, ndlr.) avez envoyés en tant que responsable de la communication du DFI au CEO des éditions Ringier, Marc Walder, en lui transmettant à chaque fois des informations confidentielles».

Que les fuites soient passées du patron à la rédaction ou non, le journal écrivait souvent dans ses exclusivités: «Wie Blick weiss» («comme le sait le Blick», ndlr.). En voici une sélection.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter