| | radar

La ménopause retardée par des rapports sexuels fréquents?

Deux anthropologues du University College London viennent de publier une étude dans Royal Society Open Science concernant les femmes à l'approche de la ménopause. Pour cette études, 3000 femmes britanniques ont été suivies depuis la fin des années 90. Celles qui avaient des rapports sexuels fréquents, en moyenne une fois par semaine, atteignaient moins rapidement la ménopause que celles qui étaient moins actives sexuellement au même âge. *Libération *se penche sur ces recherches.

Pourquoi c’est intéressant. Les scientifiques cherchaient à expliquer pourquoi les femmes mariées tendent à être ménopausées plus tard que les autres femmes. Deux hypothèses sont en lice: ce phénomène pourrait être dû à des rapports sexuels plus fréquents, ou à l’exposition aux hormones sexuelles masculines (via le conjoint). Les résultats de cette étude britannique militent en faveur d’un effet retardateur des rapports sexuels. Les chercheurs soupçonnent qu’une forme de compromis évolutif serait à l’œuvre. Mais il faut rester prudent: il s’agit pour l’heure d’une simple association entre deux phénomènes, la causalité n’étant absolument pas démontrée.

link

A lire sur Libération

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi