| | Interview

Comment protéger les enfants qui grandissent avec un parent souffrant de maladie mentale

Image d'illustration. | Shutterstock / ST.art

Ils ne sont ni malades ni soignants et pourtant, les troubles bipolaires, la schizophrénie et la dépression sont leur quotidien. Les enfants de personnes atteintes de maladie mentale ont beau être plusieurs milliers en Suisse — on ne connaît pas précisément leur nombre, mais rien qu’au Service de psychiatrie générale du CHUV plus de 600 mineurs sont concernés sur une année —, ils sont rarement pris en considération par les soignants lors du suivi de leur parent malade.

Pourquoi on en parle. Conscient de l’isolement dont souffrent ces enfants et adolescents, la direction du Service de psychiatrie générale du CHUV a créé un poste de délégué aux familles et aux proches. Depuis 2018, l’infirmière Charlène Tripalo œuvre pour offrir un accueil et une meilleure reconnaissance à ces jeunes qui endossent, encore trop souvent, des responsabilités d’adulte tôt dans l’existence. A l’occasion d’une table ronde qui se déroulera en ligne ce mardi 27 avril à 18 heures et qui mettra en lumière ces jeunes parfois devenus proches aidants, elle revient sur son expérience auprès de familles affectées par la maladie mentale pour Heidi.news.

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi