| | Analyse

Comment Pfizer se retrouve en tête de la course aux vaccins aux Etats-Unis

Avec quatre rapports intérimaires d'efficacité des ses essais cliniques Pfizer a plié la barre en bas./Photo News

Albert Bourla, le CEO de Pfizer, affirme que l’entreprise aura les résultats d’efficacité de son essai clinique final d’un vaccin contre Covid-19 avant la fin du mois d’octobre. Même s’il ne croit pas à un vaccin avant la fin de l’année, le très informé Bill Gates considère que le seul qui ait une chance en octobre est bien celui de Pfizer, associé à la biotech allemande BioNTech. Au vu de ses essais cliniques, Pfizer semble effectivement la mieux placée pour obtenir une autorisation d’urgence de l’agence américaine du médicament (FDA) avant l’élection du 3 novembre.

Pourquoi c’est ultra politique. Les motivations de Donald Trump à pouvoir annoncer un vaccin avant l’élection du 3 novembre sont évidentes. Toutefois, l’autorisation de mise sur le marché d’un vaccin par la FDA obéit à des critères précis en termes d’efficacité, de tolérance (d’absence d’effets secondaires) et de qualité de la production. Le protocole de Pfizer laisse supposer qu’une autorisation d’urgence par la FDA est techniquement possible en octobre. Mais le directeur de la FDA propose aussi de durcir les règles. Un projet que tant le ministère de la santé américain que la Maison Blanche rejettent. La bataille politique entre Trump et la communauté scientifique s’annonce épique.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi