| | News

Comment les cantons romands préparent la rentrée scolaire du 11 mai

Ecole primaire du Sécheron, 25 aout 2014 à Genève. | Keystone / Salvatore Di Nolfi

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement de tous nos lecteurs, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie en cours. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

La Confédération a confirmé mercredi 29 avril que les écoliers reprendront le chemin des classes le 11 mai, laissant aux cantons le soin d’organiser la reprise des cours en présentiel — la scolarité obligatoire relève de leur compétence. Les modalités de reprise des cours sont annoncées ce jeudi 30 avril. Nous vous présentons les plans cantonaux.

Ce qui se joue. Les enfants ne présentent que peu de symptômes et le Conseil fédéral estime qu’ils jouent un rôle marginal dans la transmission du virus. Sa décision a été saluée par la Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin. Celle-ci a coordonné plusieurs décisions entre les cantons, notamment la reprise des cours en alternance jusqu’au 25 mai pour l’école primaire, et par correspondance ou en alternance jusqu’à début juin pour le secondaire.

La coordination intercantonale. La Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP) s’est accordée de sorte que:

  • En primaire, le retour en classe se fera en alternance en deux petits groupes jusqu’au 25 mai, sauf dans certaines localités valaisannes où les cours en effectifs totaux reprendront le 18 mai.

  • Pour le secondaire, le retour en classe se fera en petits groupes ou l’enseignement à distance continuera jusqu’à début juin. Sauf dans les cantons du Jura et de Neuchâtel où l’enseignement secondaire recommencera normalement le 25 mai.

Lorsque les enfants ne seront pas en classe, ils devront travailler à la maison.

Giancarlo Valceschini, directeur général de l’enseignement obligatoire vaudois:

«Cette période transitoire permettra aux enseignants d’identifier les élèves les plus fragilisés par la situation et d’enseigner correctement les gestes barrières et les mesures d’hygiène aux enfants.

La fin de l’année sera, quant à elle, utile pour vérifier les acquis, redonner confiance aux élèves et préparer la rentrée de septembre.»

La distance sociale. Dans les écoles, les deux mètres de distance devront être maintenus entre les adultes, ainsi qu’entre un adulte et un enfant, mais pas entre les enfants.

Les mesures de protection. Les établissement sont tenus de respecter les principes de base pour la reprise de l’enseignement présentiel à l’école obligatoire, émis par la Confédération. Parmi ces principes:

  • Les enfants ne doivent pas partager de nourriture ou de boisson.

  • Des stations d’hygiène des mains doivent être mises à disposition aux points d’entrée des bâtiments et des salles de classe.

  • Les surfaces de contact doivent être désinfectées régulièrement et les locaux aérés après chaque période d’enseignement.

  • Les parents ne doivent pas se rencontrer aux abords des écoles.

  • Le port préventif du masque et des gants n’est pas recommandé. Les masques doivent cependant être à disposition dans les écoles pour certaines situations, comme l’apparition de symptômes chez une personne sur place.

En cas de symptômes. L’élève ou l’enseignant doit quitter la classe. Il recevra alors un masque, rentrera chez lui (seul ou avec ses parents, selon l’âge et la gravité de la situation pour les élèves) et prendra contact avec son médecin traitant ou la hotline cantonale. Le dépistage est recommandé.

Les cafétérias. Elles seront ouvertes, mais sans self-service de la part des élèves. Les bacs à couverts ne seront pas non plus en libre service.

Le plan fribourgeois

Il est le même pour les régions alémaniques et romandes du canton.

Jean-Pierre Siggen, Directeur de l'instruction publique, de la culture et du sport:

«Il y a encore beaucoup de pain sur la planche, mais plusieurs plans cantonaux de protection sont en cours d’élaboration ou de finalisation.»

Le reprise en primaire. Elle se fera en demie-classe jusqu’au 25 mai, soit un groupe qui se rendra à l’école le lundi et le jeudi et un autre, le mardi et le vendredi. Les journées du mercredi sont réservées au nettoyage des locaux et à la prise de contact à distance entre les élèves vulnérables et leur enseignant respectif.

Le reprise dans le secondaire. Elle n’aura lieu que le 2 juin. D’ici là, les élèves du cycle d’orientation poursuivront l’enseignement à distance. 

Cependant, les jeudi 28 et vendredi 29 mai sont à la disposition des directions d’établissement pour organiser un retour progressif des élèves selon leur contexte local.

En écoles spécialisées. La reprise se fera également en demie-classe jusqu’au 25 mai, avec une alternance soit par journée soit par demie-journée. 

Les élèves et enseignants vulnérables ou avec des proches vulnérables. Les familles recevront dans le courant de la semaine prochaine un courrier de la part des directions, les informant de la date de reprise de leur enfant. Ils trouveront dans ce courrier un formulaire de vulnérabilité. Les personnes concernées sont invitées à contacter leur médecin pour le remplir. La dispense des cours en présentiel ne se fera qu’à l’appui d’un avis médical. 

Les étudiants en pédagogie seront sollicités pour prêter main-forte aux écoles en manque d’effectifs pour remplacer les enseignants vulnérables. 

L’accueil extrascolaire. Les AES seront ouverts dès le 11 mai, date à laquelle, le statut de parents prioritaires est aboli. Les capacités d’accueil seront élargies le temps de la reprise en alternance. 

Les transports. Le système pédibus est remis en place. Les écoles inciteront au maximum les déplacements à vélo et la marche. 

Mesures de protection. Des plans de protection cantonaux sont en train d’être mis en place et seront communiqués la semaine prochaine. Il y a des plans cantonaux spécifiques à l’école obligatoire, aux écoles spécialisés, aux cantines scolaires dans les cycles d’orientation et aux transports empruntés par les élèves du cycle.

Les établissements mettront des masques à disposition des élèves et des enseignants qui le souhaitent.  

Le plan vaudois

En conférence de presse, ce jeudi 30 avril, Cesla Amarelle, cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) et Giancarlo Valceschini ont détaillé les modalités de la reprise des cours et des conditions de promotion des élèves.

Cesla Amarelle:

«Notre priorité est d’assurer la santé aussi bien des élèves que des enseignants et de tous les acteurs des écoles et de leurs proches.»

Dans le canton de Vaud, l’enseignement en primaire se fera par demi-classe en alternance d’un jour à l’autre. Les classes complètes reprendront le 25 mai.

Les conditions de passage. Elles ont été assouplies, annonce Giancarlo Valceschini, selon les mêmes règles pour le primaire et le secondaire.

Il n’y aura plus de note jusqu’à la fin de l’année scolaire. Le passage à l’année suivante et l’obtention de certification se feront sur la base des résultats déjà obtenus. La moyenne du premier semestre sera comparée à la moyenne du 13 mars, et seule la plus avantageuse sera prise en considération.

Pour les cas limites, les élèves réussissent leur année sans discussion entre les enseignants et les conseils d’établissement.

Pour les élèves en échec, le conseil de direction devra prendre en compte une analyse globale de la situation et le comportement de l’élève depuis la reprise.

Les règles sanitaires:

  • Les document distribués en classe le seront par les élèves et non par le professeur.

  • Les récréations se feront en alternance en primaire, et les préaux seront délimités en plusieurs zones dans le secondaire pour éviter les grands rassemblements.

  • Tous les locaux seront désinfectés au moins deux fois par jour. Si le personnel n’est pas suffisant, l’établissement peut faire appel aux services de la commune.

Pour les élèves vulnérables ou vivant avec des personnes vulnérables:

  • Un certificat devra être produit dans les 20 jours à compter du 11 mai et la famille devra remplir un formulaire fourni par l’école.

  • Les élèves concernés bénéficieront de l’enseignement à distance.

  • Un retour à l’école sera possible dans un deuxième temps et sous des conditions sanitaires spécifiques.

Concernant les collaborateurs vulnérables, des directives sont en cours d’élaboration, et devront être communiquées dans les prochains jours.

Le service d’accueil scolaire. Il sera accessible aux mêmes horaires que l’école dès le 11 mai pour tous les parents qui n’auraient pas de solution de garde, et ce jusqu’au 25 mai. L’accueil parascolaire reprend ses horaires habituels.

La protection des collaborateurs. Afin d’assurer la protection de tous, le canton annonce les mesures suivantes:

  • des panneaux transparents en plastique seront installés aux guichets des secrétariats des écoles,

  • la fréquentation des salles des maîtres sera limitée,

  • les poubelles garderont leur couvercle et seront vidées tous les jours.

Le plan genevois

Anne Emery-Torracinta, conseillère d'État genevoise en charge du Département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse:

« Le Conseil d’Etat genevois se réjouit de la reprise des écoles. C’est quand l’école n’est pas là qu’on se rend compte de son importance. Rien ne remplace l’enseignement en présentiel.»

La reprise en primaire.

  • Jusqu’au 25 mai, les élève retourneront à l’école en demi-classe selon une alternance matin et après-midi.

  • Le service d’accueil destiné aux enfants dont les parents n’ont pas de solution de garde continue d’être assuré jusqu’à la reprise complète des cours.

  • Le parascolaire sera ouvert à midi pour les enfants se rendant à l’école le matin, et l’aide aux devoirs proposée par le parascolaire sera ouverte aux enfants se rendant à l’école l’après-midi.

La reprise dans le secondaire. La reprise à mi-temps pour le secondaire aura lieu jusqu’au 8 juin. Chaque classe sera séparée en deux groupes. L’un viendra le matin, l’autre l’après-midi, en alternance chaque semaine afin d’assurer le suivi de toutes les matières.

Avant la reprise complète des cours, la situation sera réévaluée tant pour le primaire que pour le secondaire.

L’enseignement spécialisé. L’enseignement spécialisé se déroulant en petits groupes, les dispositifs pourront reprendre leurs activités en groupe entier dès le 11 mai.

Les évaluations. Le passage à l’année suivante se fera selon les résultats des deux premiers trimestres. En cas d’échec, les chances de réussite de l’élève et son comportement sont évaluées au cas par cas.

Pour les enfants et les enseignants vulnérables. L’idée du canton est que les enseignants vulnérables donnent cours à distance aux enfants vulnérables ou avec des proches vulnérables. Ces situations seront discutées au sein des établissements et selon l’avis médical du médecin traitant.

Les mesures de protection. Un plan de protection a été mis en place. Parmi les mesures prises:

  • Des axes seront indiqués dans les couloirs des établissements afin de réguler le flux des élèves.

  • Il y aura un maximum de 5 personnes dans les salles des maîtres.

La gymnastique. Le canton ne prévoit pas de reprendre les cours de sport à l’heure actuelle. Les éducateurs physiques pourront proposer des activités aux enfants présents au service d’accueil.

Le plan neuchâtelois

Jérôme Amez-Droz, secrétaire général du département de l’éducation et de la famille:

«Les enseignants profiteront de cette reprise en demi-classe pour évoquer le vécu et les craintes des enfants suite à la période de semi-confinement et à l’année scolaire en cours.»

La reprise en primaire.

  • Elle sera progressive jusqu’au 25 mai. Les élève retourneront en demi-classe selon une alternance matin et après-midi.

  • Le service d’accueil destiné aux enfants dont les parents n’ont pas de solution de garde continue d’être assuré jusqu’à la reprise complète des cours.

  • Le parascolaire sera ouvert, en priorité pour les enfants déjà inscrits.

La reprise dans le secondaire. Les élèves des cycles d’orientation continueront de suivre les cours à distance jusqu’au 25 mai.

Pour les élèves et enseignants vulnérables. Ils sont invités à consulter leur médecin traitant. Les établissement discuteront au cas par cas avec les personnes concernées. L’enseignement à distance est l’une des options envisageable.

Les conditions de passage. Les enseignants tiendront compte des notes du semestre précédent. Les évaluations notées sont interdites lors de la première semaine de cours. Les évaluations qui suivront ne seront prises en compte que si elles permettent d’améliorer les résultats.

Pour le passage en post-obligatoire, les résultats de fin de premier semestre feront foi également.

Les mesures de protection. Elles suivent les recommandations de la Confédération, avec une particularité cantonale: des kits seront distribués aux enseignants. Ils contiennent des masques destinés aux situations à risque, un gel désinfectant, un spray désinfectant, des gants et une visière. Ce matériel est destiné aux enseignants qui ne se sentiraient pas en sécurité.

Le plan valaisan

Christophe Darbellay, chef du Département de l’économie et de la formation:

«Les mesures qui touchent à l’école obligatoire et post-obligatoire concernent 50’000 jeunes dans le canton. Les attentes sont fortes et les inquiétudes sont présentes.

La Confédération assume le risque sanitaire de la reprise de l’école. Nous faisons confiance au Conseil fédéral pour nous donner les bonnes directions.»

La reprise en primaire Dès le 11 mai, les classes seront séparées en deux groupes durant une semaine seulement. Les petits groupes se rendront à l’école, soit le lundi et le mardi, soit le jeudi et le vendredi. La semaine du 18 mai, les cours reprendront normalement. Selon les régions, les cours ne reprendront que le 25 mai avec les effectifs habituels à cause des vacances scolaires.

Pour le secondaire. Pendant au moins 4 semaines, les classes seront divisées en deux. Les élèves suivront leurs cours en présentiel, selon leur grille horaire, deux jours par semaine —le lundi et le jeudi ou le mardi et le vendredi—, en alternance chaque semaine, de façon à suivre la totalité de leurs matières sur deux semaines. Les cours du mercredi matin se feront à distance.

Les enfants vulnérables ou avec des proches vulnérables. Dans la mesure du possible, les élèves vulnérables se rendront à l’école avec un environnement adapté, au cas par cas. Dans le cas où un retour en classe ne serait pas envisageable, le canton privilégie l’enseignement à distance.

Christophe Darbellay:

«Depuis Charlemagne, l’école est obligatoire. Elle reste obligatoire. Elle ne sera faite à distance que pour les cas médicalement justifiés.»

Les autorités valaisannes appellent les parents à faire confiance au Conseil fédéral et rappellent les bienfaits de l’école en présentiel.

Les mesures de protection. Elles suivent le plan mis en place par la Confédération.

Le plan jurassien

Martial Courtet, Président du Gouvernement jurassien et ministre du Département de la formation, de la culture et des sports (DFCS) :

«Nous allons réouvrir les écoles, mais nous ne prendrons aucun risque.

Nous tenons à saluer l’attitude remarquable des Jurassiens en matière de respect des règles de conduite et d’hygiène jusqu’à maintenant. Cette attitude doit perdurer avec la réouverture des écoles.»

Dans le primaire et le secondaire. L’enseignement se fera en demi-classe, jusqu’à une reprise normale le 25 mai. L’alternance se fera par tranche d’une journée.

Les personnes vulnérables et ayant des proches vulnérables. Elles sont appelées à rester à la maison sur présentation d’un certificat médical. Les collaboratrices enceintes peuvent également être dispensées des cours en présentiel sur avis médical. Les enfants vulnérables, ou ayant des proches à risque, travailleront à domicile.
Une liste des personnes concernées sera établie d’ici le 6 mai.

Des étudiants de la Haute école pédagogique seront sollicités pour assurer le remplacement des enseignants ne pouvant dispenser leurs cours en présentiel. Ceux-ci se chargeront de l’enseignement à distance.

Les évaluations. Le principe de bienveillance est de mise. Il n’y aura plus d’évaluations notées jusqu’à la fin de l’année. Le travail et les activités donneront lieu à des évaluations formatives (non notées) qui permettront aux enseignants d’évaluer les acquis des élèves et de préparer l’année à venir.

Les promotions et passages à l’année suivante se feront sur la base des moyennes du premier semestre.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi