| | Radar

Comment le modèle suédois face à l'épidémie a poussé le Royaume-Uni dans l'ornière

Un panneau d'affichage souhaitant joyeux noël et encourageant les gens à maintenir leur distance dans les rues de Helsingborg au sud de la Suède. | Johan Nilsson, TT via AP

Alors qu’une mutation du Sars-CoV-2 commençait à se répandre à Londres en septembre, Boris Johnson peinait à prendre des mesures strictes pour enrayer la propagation de cette nouvelle souche plus contagieuse et qui représentait plus de la moitié des nouvelles contamination dans la capitale en décembre. Ce qui a poussé le premier ministre britannique à laisser-faire? Le modèle suédois, encore largement cité comme un exemple à suivre dans la sphère publique anglo-saxonne.

Pour oser une telle affirmation, le Sunday Times s’appuie sur un récent rapport qui démontre que la décision de Boris Johnson de ne pas imposer de confinement strict en septembre dernier a été prise à la suite de sa rencontre avec le chancelier Rishi Sunak et trois partisans de la stratégie d’immunité collective: Sunetra Gupta et Carl Heneghan de l’Université d'Oxford, ainsi qu’Anders Tegnell, l’épidémiologiste à l’origine de l’approche suédoise.

Une telle approche a entraîné l’augmentation massive des infections de coronavirus dans le pays, selon Peter Geoghegan, éditeur des enquêtes d’openDemocracy. De plus, les techniques (également utilisées pour faire passer un «no-deal Brexit») de nombreux chroniqueurs, députés conservateurs et groupes de réflexion aux sources de financement anonymes pour promouvoir la «méthode suédoise» auraient retardé la prise de décision du gouvernement.

Pourquoi c’est toujours d’actualité. La Suède enregistre une mortalité bien plus élevée que celle de ses voisins nordiques, tout en subissant un ralentissement économique de la même ampleur. Le roi de Suède reconnaît même que la stratégie suédoise face au coronavirus a échoué. Bien que le gouvernement britannique soit maintenant confronté à des taux d’infection que le ministre de la santé admet être hors de contrôle, un grand nombre de députés restent fermement opposés à de nouvelles restrictions et continuent de croire au «modèle suédois».

link

Un commentaire de Peter Geoghegan à lire dans le Guardian

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi