| | Analyse

Comment l'OMS veut fonder une nouvelle science contre le complotisme

Pixabay / Stéphane Marquardt

L’OMS a décidé de prendre de front le problème de l’afflux de nouvelles erronées ou déformées dans l’espace public. Baptisé «infodémie», ce phénomène est désormais considéré par l’organisation comme un problème de santé publique à part entière. Pour mieux y faire face, l’OMS a lancé le 30 juin une conférence scientifique de deux semaines destinée à fonder une nouvelle discipline à la croisée de la psychologie, des data science et de la santé publique: l’infodémiologie.

Pourquoi on vous en parle. Tous les experts en santé publique soulignent le rôle crucial que joue la communication dans la gestion de crise, et a contrario les dégâts que peuvent occasionner les rumeurs, fausses nouvelles et autres théories fantaisistes. De l’origine du VIH au rôle de la 5G en passant par des essais cliniques frauduleux, la pandémie de Covid-19 a charrié un lot impressionnant de fausses nouvelles. Si l’OMS peine parfois à toucher le grand public, son pouvoir d’influence est majeur au sein des élites scientifiques et politiques. Cette nouvelle discipline a donc toute les chances de faire florès.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi