| | News

Comment l’aide aux plus démunis s’adapte au coronavirus

© Fondation Mère Sofia

Ce texte est issu de notre newsletter gratuite, le Point Coronavirus, qui vient remplacer pour quelques semaines le Point Sciences et donne la parole à ceux qui sont sur le front de l'épidémie.

«Pour nous, la vraie crise va venir après.» Yan Desarzens est le directeur général de la fondation Mère Sofia, qui gère entre autres la Soupe Populaire de Lausanne. «Les dommages collatéraux de la crise sanitaire seront des dommages directs pour nous. Car nous le voyons déjà maintenant: il y a plus de bénéficiaires qu’avant. Des familles qui s’en sortaient jusque-là, qui tiraient un peu le diable par la queue, se retrouvent aujourd’hui en grande difficulté. Toutes les personnes qui étaient payées à l’heure, ceux qui se retrouvent au chômage… Je suis impressionné de voir qu’on parle toujours des entreprises qui ne s’en sortent pas, mais il y a aussi tous ces ‘précaires habituels’ dont on parle pas.»

«Avant l’épidémie, on servait 250 repas par jour. On en est à 750 aujourd’hui. Mais nous avons réparti la charge sur différentes structures: depuis le 6 avril, nous avons 6 structures de nuit qui sont passées en H24, et nous nourrissons tout ce petit monde par la Soupe. Nous avons une autre structure, L’Échelle, qui est une aide aux foyers précarisés. Nous leur livrons des colis de première nécessité (de l’alimentaire, mais aussi des produits d’hygiène, du papier toilette, qui est devenu une denrée précieuse…). Avant, nous soutenions 70 foyers, et là nous en sommes à 150.»

La fondation gère aussi Le Macadam, une structure de réinsertion par l’activité professionnelle. «Nous avons suspendu, car comme nous allions principalement bosser chez des gens (monter une armoire, vider un grenier), nous n’allions pas risquer leur santé pour un débarras. Mais nous continuons à les soutenir au niveau alimentaire».

«On m’a pris pour un fou, maintenant je suis un visionnaire!»

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi