| | Interview

Christian Lanz, médecin cantonal jurassien: «Je ne cherche pas la lumière médiatique»

Christian Lanz, octobre 2020. | Courtoisie

Comment les médecins cantonaux romands gèrent-ils leur soudaine célébrité apparue à la faveur de l'épidémie de Covid-19 en Suisse? Que faisaient-ils avant qu'un bout d'ARN bouleverse leur quotidien? Heidi.news a rencontré les médecins cantonaux romands pour mieux les connaître.

Christian Lanz est né à Thoune, il y a 49 ans. Le dimanche précis où les femmes ont obtenu le droit de vote en Suisse. «Pour les féministes, je serai éternellement très jeune», sourit le médecin cantonal du Jura lorsqu’il nous reçoit dans son bureau du Bürgerspital à Soleure, en ce vendredi 9 octobre bien nuageux.

Comme souvent, le médecin cantonal jurassien est à plusieurs dizaines de kilomètres de Delémont, de l’autre côté du Röstigraben, car il exerce également comme chef du service de médecine légale des Hôpitaux Soleurois. Avant que l’épidémie ne se déclare, sa casquette de médecin cantonal ne l’occupait qu’à 20%. Entretien avec un médecin légiste qui jongle entre les constats de décès et le suivi de l’épidémie.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi