| | news

Chômage partiel et dividendes: le Parlement n'y voit pas d'incompatibilité

Guy Parmelin a lutté contre la motion. Keystone / Alessandro Della Valle

A une nette majorité, le Conseil des Etats a enterré mercredi 6 mai une motion, demandant que les entreprises recourant au chômage partiel ne puissent verser des dividendes à leurs actionnaires. La veille, tard dans la soirée, le Conseil national avait adopté de justesse cet objet provenant de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS), infligeant un camouflet au Conseil fédéral qui s’y était fermement opposé.

Pourquoi ce refus. Les sénateurs des partis bourgeois se sont unis pour rejeter le texte, avec plus ou moins de virulence suivant la place qu’ils occupent sur l’échiquier politique. Des tirades saignantes ont émané du PLR et de l’UDC, tandis que le centre a témoigné sa sympathie pour le principe, sans pour autant aller jusqu’à le soutenir. Et comme souvent, c’est ce centre qui a fait pencher la balance.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi